Une communauté d'énergie fonctionne selon le principe de l'autconsommation collective. D'un côté un producteur d'énergie verte et locale, de l'autre, des consommateurs. Producteur et consommateur, tout le monde y gagne.

Dans une communauté d'autoconsommation, celui qui produit l'énergie, souvent par panneaux photovoltaïque, revend son excédent aux riverains. 

Le principe de l'autoconsommation collective

Quel est le principe de ce circuit court de l'énergie ? Un établissement, par exemple une école est équipée en panneaux photovoltaïques. Cette école va profiter de de sa production d'électricité pour ses besoins. En cas de surplus de production, l'électricité est alors injectée sur le réseau. Seuls les membres de la collectivité locale, agissant comme acheteurs, pourront bénéficier de cette énergie

Pour se faire rétribuer de son injection, le producteur passe par un intermédiaire. Cet intermédiaire gère la relation entre le producteur et les acheteurs.  

L'autoconsommation collective, une façon de produire et de consommer de l'énergie verte localement : un producteur local et des consommateurs locaux. A la clé, un gain financier pour tous.
 

 

 

La communauté : un producteur, plusieurs consommateurs  

Une communauté d'autoconsommation collective se compose de ces 2 types d'acteurs

Le producteur d'énergie verte  

Le producteur d'électricité est une entité qui a installé des panneaux solaires pour produire sa propre énergie. Lorsque sa consommation d'électricité est inférieure à sa production, il réinjecte l'excédent sur le réseau. Classique. La différence ? L'injection bénéficie aux riverains.

Actuellement, ce sont principalement des établissements scolaires qui agissent comme producteur dans le cadre d'une  autoconsommation collective. La revente de l'électricité produite représente une source de revenu supplémentaire. 

Les consommateurs de l'autoconsommation collective

Qui seront les bénéficiaires de cette énergie verte ? Il s'agit des riverains qui ont donné leur accord pour acheter l'électricité produite localement. Ils reçoivent l'énergie de ce "fournisseur" qui va revendre l'électricité à un prix plus bas que leur fournisseur attitré. 

Cependant, l'électricité issue de l'autoconsommation collective ne couvre pas toujours tous leurs besoins. De ce fait, les membres de la communauté continuent à recevoir de l'énergie de leur fournisseur habituel. 
Les avantages de l'autoconsommation collective  

Le principe d’autoconsommation collective offre plusieurs avantages :  

  • le partage de l’énergie verte et locale entre les producteurs et leurs voisins 
  • la promotion de l’énergie renouvelable pour tous, notamment pour ceux qui n'ont pas la possibilité de placer des panneaux solaires
  • la participation à l’atteinte des objectifs climatiques de réduire les émissions de CO2
  • la création d'initiatives locales potentiellement soutenues par les pouvoirs publics

L'autoconsommation collective : un avantage financier pour tous

Les deux parties de cette communauté d'énergie retirent un bénéfice financier dans l'opération.

Le consommateur profite d'un prix de l'électricité attractif

Le consommateur final dispose d'électricité à moindre coût. De ce fait, la facture de son fournisseur d'énergie habituel sera moins élevée. Normal puisqu'une partie du courant provient d'un autre fournisseur, moins cher.  

De plus, en terme d'impact environnemental, le consommateur fait un geste pour la planète en consommant davantage d'énergie verte.

A savoir, le consommateur reçoit 2 factures :

  • une de son fournisseur classique
  • et une de l'intermédiaire qui rétribue le producteur d'électricité verte.

Le producteur se crée une source de revenu 

En tant qu'autoproducteur et autoconsommateur, le producteur économise des dépenses en énergie. Mais, de plus, avec la revente du surplus aux adhérents au système, il augmente ses rentrées financières.

Un système avantageux car le surplus d’énergie est revendu par le producteur à un tarif plus élevé que celui offert sur le marché.  

Mentionnons aussi que ce producteur peut se vanter de diminuer localement la consommation de CO2 en valorisant l'énergie solaire.