Quels types de réseaux existe-t-il à Bruxelles?

Le réseau 230 V représente 88 % des longueurs de câble.  Il compte 3 fils pour les 3 phases. Vous obtenez du 230 V monophasé en se connectant sur deux phases.

Le réseau 400 V représente 12 % du total.  Il compte 3 fils pour les 3 phases et un fil pour le neutre. Vous obtenez du 230 V monophasé en vous connectant entre une des 3 phases et le neutre. Le 400 V est disponible entre deux phases.

Comment installer une borne rapide ou semi-rapide sur un réseau 230 V ?

Une borne semi-rapide ou rapide requiert toujours une connexion en triphasé 400 V avec neutre. 

Si vous êtes connecté à un réseau 230 V, il est toujours possible de vous recharger à ces vitesses en installant un autotransformateur. Mais pour cela, il faut disposer de triphasé 230 V.  Parfois, Sibelga devra donc d’abord adapter votre installation pour la faire passer de monophasé 230 V à triphasé 230 V.

Un autotransformateur, c’est quoi ?

L’autotransformateur est un appareil électrique permettant de monter ou d’abaisser la tension d’un circuit électrique. Il permet de passer, localement, d’un circuit 3 X 230 V sans neutre à un circuit 3 X 400 V avec neutre.

L’autotransformateur a l’avantage d’être moins cher et plus petit qu’un transformateur classique mais offre un rendement sensiblement moins élevé.

Combien ça coûte ? Où en trouver ? Qui l’installe ?

Posez l’ensemble de vos questions concernant l’autotransformateur à un électricien ou à votre installateur de borne. Il vous aidera à vous en procurer un et à l’installer chez vous. 

Pourquoi le réseau bruxellois est-il principalement en 230 V ?

Les réseaux 230 V ne sont pas propres à la région bruxelloise, il en existe dans toutes les régions du pays. Il s’agit d’un héritage du passé.  En effet, au début du 20e siècle, avec l’avènement des réseaux électriques en triphasé alternatif, des choix technologiques différents ont été faits. La Belgique a ainsi opté pour du 230 V alors qu’en France, on choisissait le 400 V.

Chaque réseau a ses avantages et ses inconvénients.  Les choix de l’époque ont été faits pour des raisons techniques, économiques ou encore géographiques.

  • Le réseau 400V a l’avantage de générer moins de pertes énergétiques dues à l’échauffement des câbles pour une même quantité d’énergie transportée.
  • De l’autre côté, le prix du cuivre et de l’aluminium était tel il y a 100 ans que l’économie d’un fil (le neutre) sur les réseaux 230 V était considérable.

La Flandre et la Wallonie ont décidé, pour des raisons économiques justifiées, de passer progressivement leurs réseaux 230V en 400V dans les zones rurales, car  les longueurs de câbles y sont importantes et donc, les pertes énergétiques aussi. Les zones urbaines restent quant à elles en 230V.

A Bruxelles, comme le réseau est dense et les distances courtes, les pertes d’énergie sont très limitées. L’investissement dans une telle opération n’est donc pas justifié, d’autant plus que les installations intérieures appartenant aux clients devraient être adaptées.

La prédominance des réseaux 230V à Bruxelles est donc un choix justifié par des raisons économiques et historiques.