Expérimentation de gaz alternatif financée par le Fonds de Transition Énergétique
  • Article

Expérimentation de gaz alternatif financée par le Fonds de Transition Énergétique

15 projets innovants de recherche et développement vont être financés cette année par le Fonds de Transition Énergétique. Ce Fonds fédéral, créé dans le cadre de la transition du nucléaire vers d'autres sources d'énergie, encourage la recherche sur la sécurité d’approvisionnement en énergie. 

Parmi les candidatures retenues, figure le projet baptisé « Hydrogen to Grid National Living Lab » (ou « H2GridLab ») initié par Sibelga (gestionnaire de réseau de distribution à Bruxelles), en étroite collaboration avec John Cockerill (fournisseur international de technologies et de services spécialisés dans l'Énergie) et Fluxys (gestionnaire du réseau de transport de gaz en Belgique).  

Expérimentation de gaz décarbonés

Le partenariat de recherche « H2GridLab », qui fera dans un premier temps l’objet d’une étude de faisabilité, aura pour objectif la création d’un laboratoire participatif où sera testé l’hydrogène vert, un gaz alternatif au gaz naturel.

Le site expérimental, qui n’est autre que la station de réception et de détente de gaz d’Anderlecht, accueillera de nombreux projets pilotes tels que la production d’hydrogène vert via l’électricité photovoltaïque issue des panneaux solaires présents sur le site, le stockage local d’hydrogène et l’injection dans un réseau expérimental. 

Et ce ne sont pas les idées qui manquent, car cette infrastructure sera mise en commun pour l’acquisition d’expertise technique, scientifique et régulatoire en matière de gaz décarbonés.

L’hydrogène vert : passerelle entre les énergies 

L’hydrogène renouvelable ouvre des perspectives très intéressantes puisqu’il peut notamment permettre de stocker l’électricité verte en surplus (via, par ex., le photovoltaïque), et donc, de faire office de pont entre le gaz et l’électricité. Il s’agit d’un exemple de couplage des secteurs électrique et gaziers, désigné communément sous l’appellation Power-to-Gas (P2G).

En effet, l’électricité excédentaire produite par les énergies renouvelables intermittentes peut être utilisée pour produire de l’hydrogène par électrolyse. L’hydrogène peut ensuite être stocké sous forme gazeuse, en attendant d’être utilisé pour, par exemple, produire de nouveau de l’électricité grâce aux piles à combustible. 

Aujourd’hui principalement utilisé dans le secteur industriel, l’hydrogène pourrait à l’avenir servir à alimenter les réseaux de gaz naturel. L’hydrogène peut également être transformé en énergie motrice pour faire rouler des véhicules. 

Marie-Pierre Fauconnier, Directeur général de Sibelga : « Le système énergétique du futur devra toujours plus se tourner vers de nouveaux vecteurs énergétiques décarbonés tels que l’hydrogène. Je suis convaincue que le projet H2GridLab, initié par Sibelga, permettra de développer les connaissances techniques et opérationnelles nécessaires, de manière à favoriser la transition vers des énergies renouvelables en Belgique et à Bruxelles. »