Le Crematorium de Bruxelles réduit drastiquement sa consommation d’énergie grâce à NRClick
  • Article

Le Crematorium de Bruxelles réduit drastiquement sa consommation d’énergie grâce à NRClick

Grâce aux travaux réalisés avec Sibelga, le crematorium intercommunal de Bruxelles est en bonne voie pour atteindre 90% de réduction de sa consommation de gaz de chauffage. Soit une diminution de ses émissions de CO2 de 99 tonnes par an.

Grâce au programme NRClick, les pouvoirs publics peuvent bénéficier d’un accompagnement à 360° de Sibelga pour améliorer l’efficacité énergétique de leurs bâtiments et gérer de façon optimale leur consommation d’énergie.

Sur ce blog, nous vous avons parlé de plusieurs bâtiments publics qui ont bénéficié de ce programme. « Chaque bâtiment concerné fait l’objet d’un suivi particulier, basé sur ses spécificités et les besoins du personnel et du public qui le fréquente », explique Stephane Godfrind, responsable NRClick chez Sibelga. 

Impensable autrefois, indispensable aujourd’hui

Cette approche a suscité l’intérêt de Xavier Godart, directeur du Crematorium de Bruxelles : « En tant que petite intercommunale, nous sommes évidemment preneurs de tous les appuis mis en place pour le secteur public par les pouvoirs publics. Nous avons vite réalisé que Sibelga pouvait nous épauler pour un tas de choses : depuis l’achat d’énergie via sa centrale d’achats aux travaux d’efficacité énergétique. »

Une opportunité d’autant plus intéressante qu’il y avait une vraie volonté, du côté du crematorium, de travailler sur l’efficacité énergétique, notamment via la valorisation de la chaleur perdue dans le processus de crémation : « Il y a 10 ans, récupérer cette chaleur était encore impensable. Aujourd’hui, dans le contexte climatique, il est impensable de ne pas le faire. » 

Vers 90% de réduction des consommations de chauffage

NRClick Crématorium Anderlecht

Concrètement, Sibelga a commencé par réaliser une étude destinée à évaluer le potentiel du bâtiment. L’objectif ? Réduire au minimum ses besoins de chauffage. Il est vite apparu que valoriser la chaleur émise par les fours crématoires était effectivement une piste qui valait la peine d’être explorée. « Le bâtiment compte 5 fours de crémation qui fonctionnent en moyenne 6 jours sur 7. Ce qu’il faut savoir, c’est que ces derniers consomment énormément de gaz et qu’une grande quantité d’énergie utilisée pour atteindre et maintenir la température requise pour la crémation est tout simplement perdue », explique Stephane.    

NRClick Crématorium Anderlecht cuve

Sur base de ce constat, deux cuves de 33 000 litres d’eau ont été installées à l’extérieur du bâtiment. Cette eau atteint 75° à 80°C grâce à la valorisation de la chaleur des fours. Elle est ensuite injectée dans le circuit de chauffage pour chauffer l’ensemble du bâtiment. 

NRClick Crématorium Anderlecht

« Nous avons également remplacé la chaudière vieillissante par une chaudière plus petite. Celle-ci prend uniquement le relai aux moments où l’eau des cuves n’est pas à température », explique Stephane.

NRClick Crématorium Anderlecht chaudières

Résultat ? Les consommations de chauffage ont drastiquement baissé et devraient permettre une réduction de 90% des besoins de chauffage du bâtiment. 

Et ça ne s’arrête pas là

En plus de ces travaux, le crematorium dispose maintenant de l’application NRClick Scan qui permet de suivre, en temps réel, les consommations d’énergie du bâtiment.

« Nous avons également prévu un remplacement des châssis et une rénovation de la toiture, en vue, si possible et en plus des bénéfices pour l’isolation, d’y installer des panneaux photovoltaïques », explique Xavier Godart.  

Plus qu’une action ponctuelle, c’est donc un véritable engagement sur le long terme pour l’efficacité énergétique que le crematorium a entrepris. « Nous sommes vraiment ravis de la collaboration avec Sibelga : grâce à leur intervention et leur expertise, nous avons pu mettre en place les actions auxquelles nous pensions depuis longtemps, sans savoir comment les mettre en pratique. De plus, Sibelga nous a épaulés pour obtenir un financement supplémentaire du Fonds européen de développement régional. De ce fait, la facture pour ces travaux est vraiment minime par rapport à la valeur de l’investissement. »