À l'écoute du réseau
  • Article

À l'écoute du réseau

Découvrez comment les techniciens de Sibelga repèrent les défauts sur les câbles électriques… à l’oreille.

Non, non, ce n’est pas une blague ! Aussi incroyable que cela puisse paraître, il est possible de repérer un défaut sur un câble électrique souterrain à l’ouïe. Sceptique ? On vous explique !

Histoires de défaut

Comme tout équipement, un câble électrique peut rencontrer des problèmes de fonctionnement d’origines diverses :  vice de fabrication, usure naturelle, variations de température ou dégâts suite à des travaux antérieurs…

Chaque jour, une équipe d’intervention de Sibelga est sur le terrain pour détecter et réparer ces défauts.

localisation 2

Intervention

En cas de panne haute tension, les équipes de garde isolent le tronçon en défaut et font passer l’électricité par un autre chemin pour rétablir l’électricité chez les clients. 

C’est là qu’entrent en scène les techniciens de recherches défaut, des techniciens de Sibelga, spécialement formés pour détecter l’endroit précis où le câble est endommagé. Ils disposent pour ce faire de 3 camionnettes spécialement équipées. 

À la vue et à l’oreille

On commence par pré-localiser le défaut à l’aide, par exemple, d’un échomètre. Cet appareil envoie un signal qui est réfléchi par le défaut et apparaît sur un écran sous forme de graphique. 

Ensuite, un technicien, équipé d’un casque, écoute attentivement le choc sonore émis par un arc électrique que l’on provoque dans le câble. Grâce à une formation spécifique, ce dernier est capable de déterminer à quelques centimètres près où il faut creuser pour réparer le câble. 

À condition que...

Eh oui, la technique a ses limites. Cet appareil permet de détecter les défauts dits « francs » et pas les défauts « latents ». Un échauffement peut se produire sur un câble. Celui-ci fait alors sauter le fusible dans la cabine et provoque la panne. Mais, en se refroidissant, le câble conduit à nouveau l’électricité. C’est un défaut « latent » qu’on ne peut pas détecter tant que la situation n’évolue pas vers une panne permanente, ou défaut « franc ». 

localisation 3